5 erreurs à éviter avec vos cartes de vocabulaire (SRS)

Photo by chuttersnap

Vous n’utilisez pas encore de logiciel de répétition espacée pour mémoriser votre vocabulaire ? Alors rendez-vous sur mon article pour découvrir comment ne plus oublier votre vocabulaire.

Dans le cas contraire, vous demandez-vous si cette méthode est vraiment efficace ? Vous avez beau avoir ajouté des centaines de cartes à votre logiciel, les mots ne semblent jamais en sortir pour visiter le monde réel ?

Alors vous faites peut-être une de ces erreurs classiques. Lisez attentivement pour ne pas voir vos efforts réduits à néant.

Apprendre un mot sans contexte

Les mots ne sont pas des pièces de légos indépendantes, avec une traduction directe pour chaque langage. Chaque mot dans une langue possède un ou plusieurs sens subtiles.

De plus, il est important d’apprendre un mot avec ses collocations, ces mots qui sont souvent utilisés ensemble. Par exemple, une « addition salée » est bien plus naturel qu’une « addition chère ».

Rien de mieux alors que d’apprendre un mot dans le contexte d’une phrase plutôt que d’apprendre un simple couple mot/traduction. Idéalement, la phrase devrait contenir une collocation courante. En bonus, apprendre avec des phrases plutôt que des mots seuls permet aussi de s’imprégner de la grammaire !

Voici quelques outils pour trouver une phrase d’exemple pour un mot :

  • Tatoeba est une excellente collection de phrases avec leur traduction dans de nombreuses langues,
  • Reverso Context offre de nombreuses phrases d’exemple pour un mot, dont beaucoup sont tirées de sous-titres de films et séries TV,
  • Linguee tire ses exemples d’un corpus un peu plus technique, mais offre également d’excellentes phrases avec collocations pour les mots courants,
  • ou tout bêtement, la phrase dans laquelle vous avez rencontré le mot pour la première fois.

Ne pas utiliser d’enregistrement audio

Les cartes mémoires ne servent pas qu’à apprendre le sens d’un mot. Elles sont aussi très efficaces pour mémoriser la prononciation d’un mot. Ajoutez simplement un enregistrement audio d’un locuteur natif à vos cartes. Ou à défaut, utilisez une prononciation artificielle si votre SRS supporte la synthèse vocale.

Le simple fait d’écouter régulièrement ce mot pendant vos révisions vous aidera à le reconnaître plus facilement, mais également à le prononcer correctement. Apprendre un mot avec sa prononciation est crucial pour certaines langues comme l’anglais, dont la façon dont il s’écrit vous donne très peu d’indices sur comment le prononcer.

Pour trouver un enregistrement d’un locuteur natif, vous pouvez utiliser l’excellent site Forvo. Après avoir créé un compte gratuit, Forvo vous permet de télécharger les enregistrements d’un mot pour les ajouter à vos cartes.

Sauter l’étape d’apprentissage

Le rôle d’un SRS est avant tout de faciliter la révision. Avant d’ajouter un mot dans vos cartes, il faut d’abord le comprendre. Prenez un peu de temps pour étudier le mot :

  • Quelle est son étymologie ? Connaissez-vous d’autres mots ayant la même racine ?
  • Connaissez-vous des synonymes ou antonymes ?
  • Cherchez quelques phrases d’exemples pour voir dans quel contexte l’utiliser. Remarquez-vous quelques collocations ?

Enfin, pour les mots difficiles à mémoriser, vous pouvez utiliser des moyens mnémotechniques pour mémoriser la prononciation ou l’orthographe.

Utiliser des jeux de cartes pré-faites

La plupart des logiciels de répétition espacée proposent un catalogue de jeux de cartes pré-faites, parfois contribués par la communauté. Ces cartes peuvent être intéressantes pour démarrer rapidement. Par exemple, pour apprendre les 200 mots les plus fréquents dans la langue. En revanche, je vous conseille d’éviter comme la peste ceux contenant plus de 500 mots.

En effet, la plupart sont basés sur des listes de fréquence dont le corpus ne correspond pas forcément à vos besoins. Par exemple, les mots peuvent être classés par fréquence d’apparition dans la littérature classique. Ce qui est rarement pertinent quand on cherche juste à soutirer la recette du goulasch à un chef d’un petit resto hongrois en le flattant dans sa propre langue.

Mais le plus important est que faire vos cartes vous-même augmente vos chances de mémorisation, car vous avez une connexion émotionnelle plus forte. C’est par exemple le cas si vous avez trouvé ce mot ou cette expression dans une conversation avec un tuteur, ou dans un livre que vous lisez. Et puisque vous avez trouvé ce vocabulaire dans un contexte réel, vous avez une meilleure intuition sur son utilisation. Avoir un rapport plus personnel avec les mots que vous apprenez est le meilleur moyen de les retenir.

Passer tout son temps de pratique sur son SRS (Duolingo et consorts inclus)

Mémoriser son vocabulaire avec les cartes mémoires peut être si simple et agréable, qu’il est tentant de ne faire que ça comme pratique quotidienne. Grave erreur !

Un SRS n’entretient qu’une vision limitée du vocabulaire. Pour vraiment développer son intuition sur l’usage d’un mot, et espérer le faire passer dans notre vocabulaire actif, il faut rencontrer les mots dans de nombreux contextes différents.

Vous devez donc interagir avec la langue avec de vraies ressources : conversations, livres, vidéos, etc. C’est également un excellent moyen de découvrir de nouveaux mots à ajouter à vos cartes.

Alors si vous passez plus de la moitié de votre temps d’étude sur votre SRS, revoyez vos priorités. Pour ma part, j’essaye de ne pas y passer plus de 20 à 30 minutes par jour.

Comment ne plus oublier son vocabulaire ?

Photo by Glenn Carstens-Peters

C’est énervant, pas vrai ? Passer des heures à relire des listes de mots pour se rendre compte qu’ils nous filent entre les synapses. Si seulement il existait un moyen de ne plus oublier notre vocabulaire, sans relire les dizaines de listes de mots qui s’accumulent au fil des mois… C’est possible, grâce aux logiciels de répétition espacée !

Si vous utilisez encore des listes ou un carnet de vocabulaire, ne passez pas à côté de cet outil ultra efficace que je dévoile dans cet article.

Le vocabulaire doit être votre priorité numéro un

Si votre langue ressemble à ça, alors vous êtes dans une dimension parallèle.

Dans l’apprentissage d’une langue, le vocabulaire est le nerf de la guerre. En effet, il faut connaître près de 500 à 800 mots pour baragouiner, et plusieurs milliers pour parler couramment. Acquérir du vocabulaire de manière efficace est donc la tâche principale qui nous incombe, en tant qu’apprenant.

Une bonne maîtrise de la grammaire sans vocabulaire, c’est un peu comme un cône sans boule de glace. C’est insipide et ça ne sert à rien.

Le chemin chaotique d’un mot dans notre mémoire

Un mot transite par deux stades dans notre mémoire : passif, puis actif. Puis encore passif, puis on l’oublie, puis de nouveau actif. Quoi ? Vous pensiez que c’était aussi simple ? Oublier fait partie du jeu, il faut l’accepter pour ne pas se décourager. Apprendre une langue, c’est redécouvrir éternellement ces mêmes mots et expressions qui ne veulent pas rentrer. Mais à chaque rencontre, les contours de la langue se dessinent plus précisément.

Le vocabulaire passif est composé des mots que l’on comprend quand on les rencontre. Quant au vocabulaire actif, il s’agit des mots que l’on est capable d’utiliser spontanément en parlant ou à l’écrit. Bien sûr, il est beaucoup plus difficile de développer son vocabulaire actif. Cela demande beaucoup de pratique de l’expression écrite et orale.

 

La Marmite n’a rien de plus à offrir à ceux qui ont déjà goûté le bitume.

Lorsqu’on débute une langue, il est important d’acquérir rapidement un vocabulaire passif. En effet, c’est seulement après avoir atteint une masse critique de mots que l’on est capable de lire ou d’écouter de vraies ressources dans la langue cible. C’est la différence entre rester avec Brian dans la kitchen à manger des pancakes à la Marmite, et enfin pouvoir relire ce roman de vampires dont vous avez honte, que vous avez dévoré étant ado. Allez-y, on ne vous jugera pas. Surtout si la couverture est en russe.

 

Mais comment mémoriser tout ce vocabulaire ? Et surtout, ne pas l’oublier après quelques mois ? Dans cet article, nous allons voir une manière efficace de remplir notre vocabulaire passif.

L’échec des méthodes traditionnelles d’acquisition du vocabulaire

Les méthodes classiques sont terriblement inefficaces. Malheureusement, ce sont celles qu’on utilise souvent dans les cours de langue.

Liste de mots

Relire régulièrement des listes de mots est une perte de temps, car on revoit autant les mots faciles que les mots difficiles, puisque tout est sur la même liste. De plus, il faut une bonne organisation pour réviser les fiches qui s’accumulent. On finit en général par oublier nos vieilles fiches dans un tiroir, et les mots avec.

On trouve souvent sur les listes de vocabulaire des mots sans aucun contexte, avec juste une traduction littérale. C’est dommage, car le contexte permet de développer son intuition sur l’utilisation et le sens réel d’un mot, dont la traduction est toujours approximative. En effet, à part pour les noms d’objets physiques, deux mots dans deux langues différentes ont rarement une relation directe. Apprendre un mot et sa traduction comme un couple est le meilleur moyen d’avoir un phrasé étrange, composé d’expressions traduites littéralement à partir du français.

Lire beaucoup, sans effort de mémorisation

C’est la méthode avec laquelle j’ai atteint un excellent niveau en anglais. Mais cela m’a pris plus de dix ans !

Apprendre de nouveaux mots en lisant (beaucoup) est relativement efficace. Il suffit de consulter la définition des mots qui empêchent la compréhension, sans forcément faire d’effort pour les mémoriser. Cette approche holistique est intéressante, car elle permet de développer une réelle intuition sur l’usage des mots et leurs collocations – mots qui vont bien ensemble, p. ex. « argument bidon ». Elle offre aussi l’avantage de se familiariser avec la grammaire.

Il est plus facile de mémoriser naturellement les mots les plus importants en lisant, car leur fréquence d’apparition est plus élevée. Mais si un mot est rare, il est alors très difficile de le mémoriser. La lecture est dans tous les cas un outil indispensable pour améliorer la qualité de notre langue.

La solution scientifiquement prouvée

Heureusement, il existe un moyen beaucoup plus efficace de retenir son vocabulaire, tout en enlevant le fardeau d’organisation des révisions. Il s’agit des logiciels de répétition espacée – ou SRS pour Spaced Repetition Softwares.

Un peu d’histoire

Le principe de la répétition espacée n’est pas nouveau et est relativement simple. Il s’appuie sur les travaux en psychologie cognitive d’Hermann Ebbinghaus sur l’effet d’espacement sur la mémorisation.

En 1885, il mit en évidence que nous oublions continuellement ce que nous apprenons, en suivant une courbe prédictible. Là où cela devient intéressant, c’est qu’en révisant une information peu avant de l’oublier, nous consolidons celle-ci dans notre mémoire pour bien plus longtemps.

Courbe de l'oubli du vocabulaire

Un logiciel SRS s’appuie sur cette découverte pour déterminer quel est le moment optimal pour réviser, afin d’optimiser la rétention. Il permet également d’éviter de perdre du temps en révisant trop souvent les informations bien mémorisées.

Dans le cadre du vocabulaire, cela se présente sous la forme de cartes avec un recto « question » et un verso « réponse », sur lesquelles nous pouvons placer diverses informations à retenir. Par exemple, vous pouvez utiliser une carte pour mémoriser le sens, la prononciation ou encore l’orthographe d’un mot.

Utiliser un SRS offre donc un avantage considérable sur les listes de mots, puisqu’on n’oubliera plus de réviser les mots ajoutés il y a longtemps. Le logiciel déterminant seul quand réviser un mot, nous n’avons plus besoin de planifier nos révisions.

Quel logiciel de répétition espacée utiliser ?

Il existe de nombreux SRS gratuits, lequel choisir ? Selon moi, deux se détachent du lot et répondent à la plupart des besoins.

Anki, pour polyglotte aguerri

Le plus avancé est certainement Anki, car il permet de créer des cartes complètement configurables. Malheureusement, il est compliqué à utiliser. En particulier si vous n’êtes pas geek dans l’âme. De plus, il demande beaucoup de travail manuel pour entrer de nouveaux mots, si vous décidez de faire des fiches très complètes. Prenez garde si vous êtes perfectionniste, Anki ne va pas aider votre TOC. J’en ai fait les frais !

Anki est disponible gratuitement sur la plupart des systèmes d’exploitation, y compris sur tablettes. Petite particularité sur iOS : le logiciel est payant, et même assez cher.

Il est également possible de synchroniser ses cartes entre plusieurs appareils, en créant un compte gratuit sur AnkiWeb.

Memrise, pour démarrer en douceur

Memrise est convivial – si on aime le sucre – et bien plus facile à utiliser qu’Anki. Je le recommande donc pour débuter avec les logiciels de répétition espacée. L’application est disponible sur presque toutes les plateformes mobiles, ainsi qu’en version web.

Un catalogue de cartes pré-faites de qualité est disponible pour les débutants, mais vous pouvez aussi ajouter vos propres mots. Ce qui est rapidement indispensable.

Le point fort de Memrise à mon sens est qu’il est très facile d’ajouter des enregistrements audio à vos cartes. C’est un atout indispensable pour pratiquer la prononciation. De plus, Memrise offre un catalogue de prononciations pré-enregistrées par des natifs pour les mots les plus communs de certaines langues.

La répétition espacée, à la main

Que vous aimiez respirer l’odeur du papier à pleine narine, ou que vous portiez une combinaison en aluminium à cause des ondes WiFi qui vous provoquent de l’urticaire, j’ai une bonne nouvelle pour vous. Il est possible d’appliquer les principes de la répétition espacée à vos propres cartes mémoires faites-main.

Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir encore plus de méthodes modernes

Je ne le conseille pas cependant ! Cela demande plus de préparation et de temps. En outre, à moins de dresser un perroquet pour reconnaître et prononcer le mot de chaque carte, vous ne pourrez pas pratiquer la prononciation.

Si toutefois l’idée vous enchante, et que votre bullet journal ne suffit plus à canaliser vos envies DIY, consultez mon tutorial pour fabriquer votre propre boîte de Leitner qui implémente un système de répétition espacée manuel.

N’oubliez plus votre vocabulaire

Pour mémoriser du vocabulaire sur le long terme, le moyen le plus efficace est d’utiliser un logiciel de répétition espacée (SRS). En planifiant automatiquement les révisions, il vous permet de vous focaliser sur l’acquisition de nouveaux mots. Et ce, tout en s’assurant que les anciens ne seront pas laissés-pour-compte.

Attention toutefois à éviter l’écueil classique qui est de consacrer tout votre temps d’apprentissage à réviser vos cartes mémoires. Un contact quotidien avec de vraies sources (livres, vidéos, etc.) est essentiel pour développer une intuition sur l’usage des mots. Mais avec une pratique équilibrée, votre SRS deviendra un de vos meilleurs alliés dans votre apprentissage.

Alors avant de retourner regarder des vidéos ASMR sur YouTube, faites un choix : Anki ou Memrise. Installez-le, puis ajoutez vos premiers mots.

Et pour aller plus loin, ne manquez pas mon article sur les 5 erreurs classiques à ne pas faire avec vos cartes de vocabulaire.